Conception et réalisation d’un lit commode

Un nouveau projet s’est inséré au milieu des autres… La cuisine doit attendre.

Le but est cette fois d’équiper une petite chambre dépourvue de rangements, d’un lit…
Il en existe dans le commerce…
…mais évidement, ils ne me conviennent pas !
Prenons l’exemple du dernier, les trois tiroirs du fond sont bien, mais que fait on du mètre cube restant ? une étagère de 30cm de profondeur et une porte coulissante ? Pour moi, c’est de la place perdue et surtout un manque d’accessibilité !
La conception de la cuisine nous a appris que l’accessibilité, c’est l’extraction, continuons dans ce sens… J’ai donc réfléchi à un lit commode à tiroirs. Et comme ce lit sera contre deux murs, il faut que les tiroirs soient sur toute la largeur…
Un petit tour chez Foussier, et hop, des superbes coulisses de 900mm de longueur (ils s’inquiètent un peu là-bas de me voir acheter autant de glissières… mais rassurez vous, je ne les ai pas eu à ce prix là !)
Une fois les coulisses trouvées, mon projet est faisable, je me lance. 
Voici les étapes que je me fixe :
  1. Esquisse
  2. CAO
  3. Maquette
  4. Tracé
  5. Découpe
  6. Assemblage
  7. Peinture
Temps : 20h
  • 1, 2 et 4: au moins 4 heures
  • 3 : 2 heures
  • 5 : 3 heures
  • 6 : 8 heures (estimé…)
  • 7 : 3 heures (estimé…) au moins 15 heures
Budget : 678€
  • Bois : 248€
  • Coulisses : 220€
  • Sommier : 60€
  • Matelas : 100€
  • Quincaillerie : 50€

1. Esquisse

Pour résumer : 6 tiroirs de 900 de profondeur et 600 de largeur, une petite étagère et 3 tiroirs de 600 x 600
au dessus de tout ça, un sommier et un matelas.

2. CAO

Voilà un aperçu du résultat sous SolidWorks. 1,45m3 de rangement dans les tiroirs, sans compter les étagères !

3. Maquette

Une fois le projet évoqué, il a fallu faire participer la marmaille… Je n’étais pas trop chaud pour les initier à la scie circulaire dès l’âge de 4/6 ans… On a commencé par une maquette à la scie à chantourner.

4. Tracé

Le lit sera en medium. Pourquoi ? Facile à peindre, facile à travailler et à assembler, les champs peuvent être de la même qualité que les faces. 
Une fois les plans faits sous solidworks, il a fallu gérer le tracé sur les planches de médium. Ces panneaux font 2440mm x 1220mm. J’ai choisi une épaisseur de 18 pour les  montants porteurs et 15 pour les tiroirs et tenez vous bien, il me faut 2,5 panneaux de 18mm et 4 de 15mm. On comprend mieux pourquoi on ne trouve pas dans le commerce de lit commode à tiroirs…
65 pièces en tout ! (environ… l’échelle n’est pas encore finalisée dans le tracé…)

J’ai mis des couleurs… En rouge les trois tiroirs du fond, et en vert les 6 tiroirs du coté. Je ressortirai un tracé exact plus précis.

5. Découpe

Pour la découpe des panneaux, ça se passe soit directement à Leroy Merlin, soit dehors… mais moyennant une bonne règle, deux serre-joints, au moins 4 tréteaux et une scie circulaire, on arrive à une certaine précision !

6 Assemblage

Bon pour ne rien vous cacher, je n’ai pas terminé…

Les tiroirs seront assemblés en vis apparentes, par contre, les façades, je pense les assembler avec des quarts de rond : à voir… avec des vis, puis recouvrir les vis des façades avec de la pâte à bois.
 
 Mise à jour
 
J’ai réalisé la poignée à la défonçeuse à l’aide d’un gabarit.
 
Passons à l’escalier-échelle :
 
 
 
 
 
7. Peinture
 
Puis peinture, et là, je me suis planté au niveau de la prévision du temps… J’avais prévu 3 heures, mais j’ai du y passer 15 bonnes heures ! Tout au pistolet. Une première couche de primaire, blanc. Puis de la couleur…
 
 
 
 
Puis montage :
 
 
Heureusement, j’ai trois ouvriers fidèles et en âge de travailler ! (même si ce n’est plus trop l’heure)
 

Ces trois coulisses sont les mêmes que pour la cuisine, quand on aime, on ne compte pas, c’est ça ?
 
Pour les couleurs, j’ai fait confiance à une femme…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vous l’avez deviné, il manque encore quelques éléments : 6 tiroirs géants et 3 étagères colorées, mais ça, c’est pour plus tard…
 
Mise à jour du 14 avril 2009
 
Pour commencer, je vais vous détailler la réalisation des 6 tiroirs géants : 900×600…
 

Donc 5 planches découpées nickel
 
Premier coté, toujours avec les mêmes équerres serre joints
 

Deuxième coté
 

Puis on glisse les deux cotés longs
 
On visse le dessous
 
Puis on fixe les rails des coulisses
 
On fixe l’autre partie de la coulisse au lit commode :
 
 
Les tiroirs en attente
 
J’ai ajouté deux roulettes sur les tiroirs du bas pour éviter que le tiroir ouvert et chargé ne raye le parquet.
Normalement, ces roulettes ne serviront pas
 
 
Passons aux façades : une fois les ébauches faites, j’ai utilisé un gabarit et une defonçeuse pour finir la forme.
 

Les 6 ébauches pour éviter de transformer l’atelier en soirée sciure…
 
Le gabarit monté sur une façade
 
Après usinage.
 
Ensuite, j’ai installé une table de maintien en position pour faire les congés (à la défonçeuse pour ceux qui ne suivent pas…). Pièce maintenue par des sauterelles : très efficace !
 
 
 
Avant de passer à la peinture, j’ai pris le temps de poncer les tranches en passant successivement les papiers suivants :
80, 150, 240, 320, 600 et j’ai obtenu des tranches aussi douces que les faces. La finition peinture s’en ressent !
 
Une couche d’apprêt blanc.
 
Puis la couleur. Voilà ce qui était prévu :
Mais j’ai abandonné le gris camomille pour éviter d’apporter une nouvelle couleur.
 
 
 
Conseil : faire dormir le chat dehors le soir de la peinture, j’ai retrouvé des traces de pattes, j’étais vert !
 
J’ai passé deux couches de couleur. Là, les étagères sont en attente de montage.
 

Sur le tiroir en haut à gauche, on voit mon secret (que je vais breveter…), c’est l’utilisation de scotch double face pour la mise en position. Le maintien se fait à l’aide de 5 visses de 4×30 (deux épaisseurs de médium de 15, le compte y est.) visées de l’intérieur.
 
 
 
 

La technique qui consiste à dissocier structure et façade est vraiment super pour l’ajustement des façades. C’est un point que j’ai aussi utilisé pour la cuisine avec un réglage en plus puisque la façade est tenue par la poignée.
 
Je n’ai pas parlé des étagères, mais il n’y a pas grand chose à en dire…
 
 
On va pouvoir revenir à la cuisine ! (heureusement que ce n’est jamais terminé…)
 
 

Dans la même catégorie :

18 commentaires

  1. Non, je ne connaissais pas, mais dis moi, tu t’interesses au bricolage toi ?

    C’est une excellente idée, comment disent certains, ce dispositif ne sert qu’une seule fois, après tu as compris qu’il ne faut pas mettre tes doigts…

    L’inconvenient, c’est pour scier de l’aluminium qui est conducteur… (car ce principe est basé sur un faible courant electrique qui passe dans la lame. Dès qu’un élément conducteur la touche, ça crée une fuite de courant et le système de sécurité se déclenche)

  2. Bonjour et bravo pour votre site (que je découvre) et vos réalisations.

    Un petite question concernant la découpe des panneaux de medium, pour la fixation de la règle avec les serres-joint.

    Comment faites vous pour évaluer la distance, le décalage entre le trait de coupe voulu et l’endroit il faut placer la règle pour tenir compte de la largeur du sabot de la scie et la largeur de la lame ?

    Il y a t il une technique autre que de prendre un réglet de faire la mesure et d’ajuster par qq essais ?

    Me concernant les quelques essais que j’ai réalisé ne me donnais pas entière satisfaction (par rapport a une découpe leroy-merlin par exemple) et surtout étaient source d’erreurs non négligeable (attention au sens de coupe, le sabot de la scie n’étant pas symétrique par rapport a la lame)

    Merci
    Yoann

  3. Oula, je n’ai pas l’habitude de répondre à 4 commentaires en même temps !

    @ben : en fait je ne m’étais pas bien rendu compte du travail, surtout au niveau peinture et finition

    @Yoann : Merci. Pour la découpe des panneaux de médium, effectivement, le sabot est une source d’erreur. chez moi, la lame fait 2mm d’épaisseur, et le sabot 28mm du plus petit coté. Je fixe donc ma planche du coté de l’élément que je ne garde par à 30mm du trait important. (en fait pour diminuer les risques d’erreur, je trace deux traits à 30mm. Sinon, il existe des solutions : 

    Se fabriquer un guide : http://tournevis.net/news/guide-pour-scie-circulaire

    S’acheter un guide Wolfcraft pour sa scie : http://www.wolfcraft.de/jcatalog_generated/fr/products/product_groups/16650_product.html

    Acheter une scie sur guide : http://www.powertoolworld.co.uk/user/products/large/Festool%20Images/Festool%20ts75%20Guide%20Rail%20Saw.jpg

    @Clot : Merci. Il va falloir maintenant mettre des règles… on a eu le droit à une première chute… Quant à l’ainé, il ne veut pas y dormir, il a le vertige !

    @Hugo : Pour les couleurs, j’ai pioché dans le doudou dragobert de la dernière… : http://brico-info.com/public/lit-commode/dragobert.jpg

    Le vert c’est dans la jambe

  4. Ce lit est superbe !
    Par contre, je sèche quant à comprendre comment tu arrives d’une part à tracer et d’autre part à usiner ces courbes (les montants de l’escalier et tes poignées de tiroir) !
    Une ch’tite explication pour un noob du bricolage ?

  5. Merci !

    Pour les courbes du montant du lit, je trace un arc de cercle avec une cordelette et un crayon de bois. Une fois que c’est fait, je découpe à la scie à ruban ou à la scie sauteuse. Ensuite, je ponce avec une ponceuse rotative, le médium se ponce très bien.
    Ensuite, pour le quart de rond (le congés), j’utilise une défonceuse avec un roulement à bille, puis encore un coup de ponçage, mais manuel cette fois ci.

    Pour une courbe non circulaire, tu peux utiliser un traçage par trait, je l’ai utilisé pour la planche du bureau : http://www.brico-info.com/post/2007

    Pour la poignée de tiroir, j’utilise un gabarit. Je pensais détailler ce point avec les 6 derniers tiroirs (trois sont faits à ce jour…)
    L’idée est de faire la forme une fois sur une planche. Une fois que tu es content, tu la plaques sur ta planche et tu utilises une défonceuse avec une fraise à copier (avec un roulement de la même taille que la fraise. Je montrerai une photo du gabarit dans le prochain article.

  6. Je viens de tomber sur votre site en recherchant des informations sur les coulisses Blum… Je trouve vos réalisations très belles et surtout originales.

    Voilà j’ai quelques questions, pouvez-vous me donner la marque et la référence de l’apprêt que vous utilisez pour peindre le MDF ? Ensuite vous faites comment pour fabriquer le gabarit pour les poignets de tiroir ?

    Je ne sais pas si dans votre région vous avez un magasin Panofrance, moi j’achète le MDF chez eux car les prix sont vraiment top ?

    Merci de vos réponse et vivement de nouveaux projets…

    A+

  7. Bonjour,

    l’apprêt : une peinture blanche pour bois acheté à Leroy Merlin.
    Le gabarit : je l’ai fait dans un contreplaqué facilement travaillable et les deux arcs de cercle intérieur, je les ai fait à la perceuse à colonne, pour avoir une belle courbure.
    Panofrance : je ne connaissais pas ce magasin. Merci pour l’info, j’en ai trouvé un sur le mans, je vais aller voir : http://www.panofrance.fr/html/agenc
    Je ne travaille pas souvent le MDF, j’aime pas trop les colles contenant les COV. J’ai entendu dire qu’il existait des MDF sans COV (et de l’OSB aussi).

    pas de nouveaux projets en prévision…

  8. Bonjour Bruno,

    Comme beaucoup sûrement, je suis arrivée sur votre site par hasard. L’article trouvé m’a tout de suite fait lire le reste !
    Un grand bravo pour vos réalisations !!
    Nous sommes en grande période de changements, nous passons d’un appartement à une maison, de pièces bien délimitées à un open space sur deux niveaux.
    Nous avons donné tous nos anciens meubles pour nous mettre à créer les nôtres, ceux qui colleront parfaitement à nos désirs, notre famille & ces nouveaux espaces.
    Nous en sommes à faire des essais de peinture sur du MDF…
    D’où ma découverte de votre site.
    Sur beaucoup d’autres sites, le MDF est poncé, apprêté, re-poncé, mis en peinture, re-re-poncé,…
    A la lecture de votre article, pas de ponçage chez vous & « juste » deux couches de peintures au pistolet !
    & pour quel résultat, bravo !

    Quel est votre secret ?
    Pouvez-vous m’en dire plus sur les différentes étapes, les types de peintures employées…
    J’ai espoir de pouvoir me passer du ponçage, mangeur de temps (nous remeublons nous-même toutes les pièces, on est fous !) & d’air respirable !!

    Je retourne à la modélisation sur sketchup, mangeuse de temps elle aussi mais quel gain de productivité quand les choses sont claires, dessinées (& que tous les membres de la famille peuvent y mettre leur grain de sel !)

    Un grand merci pour vos articles clairs & efficaces…
    Encore bravo.
    A très vite j’espère,
    fanny (& son informaticien-bricoleur de mari. Oui, oui, aussi)

  9. Merci pour les compliments !

    Il n’y a pas de secret, il faut poncer… Désolé…
    Ceci dit, la peinture au pistolet est tellement homogène qu’un simple égrenage est nécessaire.
    Une première couche avec un blanc assez épais (sous couche classique blanche)
    Puis deux couches de couleur (voire trois si la peinture est diluée)

  10. Bravo pour la réalisation!
    Cela fait un moment que je vous suis, et j’avoue que vous m’impressionnez…et que je vous envie (parfois)!
    1) Quel est le bilan après quelques années d’usage sûrement intensif? Si vous deviez le refaire que changeriez-vous?
    2) Pourquoi ne pas avoir fait le choix de placer l’escalier le long du mur?
    3) Après en avoir essayé sûrement quelques uns, conseilleriez-vous un primaire pour medium (marque/référence testée et approuvée!)? En quoi un primaire diffère-t-il d’une peinture?
    Merci et bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *