Potager – Contrôle d’électrovannes avec les Gpio du Raspberry Pi

Le contrôle d’ouverture et de fermeture est pour moi le point central du projet.

En pratique, la mise en place de relais sur les port GPIO du Raspberry Pi vont me permettre de :

  • contrôler la mise en route de la pompe
  • ouvrir ou fermer les électrovannes (robinets contrôlés électriquement)
  • allumer et éteindre des lampes

Cet article va aborder trois facettes :

  • L’installation physique des relais
  • L’installation des librairies pour manipuler les ports GPIO
  • Le paramétrage dans Domoticz pour automatiser cette gestion

Donc, physiquement :

Les GPIO, c’est la ligne de broches métalliques présentes sur le coté du Raspberry Pi permettant de communiquer physiquement avec le monde extérieur.

Résultat de recherche d'images pour "gpio raspberry pi 3"

Voici un schéma de mon installation. J’ai branché deux blocs de relais, un de 8 et un de 4.

 

Maintenant que nos relais sont branchés sur le Raspberry Pi, passons à l’installation.

J’ai utilisé la librairie Wiring Pi

Une fois installée, on peut voir l’ensemble des GPIO avec les status, via la commande readall

et activer les relais, via une commande « gpio write … »

Je rentre plus dans le détail de cette librairie sur un article précédent. Ou bien en suivant ce site.

Dernière partie, le paramétrage de Domoticz pour pouvoir manipuler ces interrupteurs.

Un tuto explique bien cette partie.

J’en reprends juste les principales captures :

Modification du fichier /etc/init.d/domoticz.sh pour initialiser les GPIO correctement en mode « OUT » au démarrage de Domoticz.

Paragraphe « AVANT DE DÉMARRER Domoticz » du site https://easydomoticz.com/les-gpio-dans-domoticz

puis domoticz.sh restart

Puis dans l’interface, ajout du matériel :

:

Configuration des interrupteurs

Le résultat est le suivant : une liste d’interrupteurs Domoticz :

et en version mobile :

 

 

 

 

 

 

 

 

Potager – interface avec une api de météo gratuite, script de probabilité de pluie.

Automatiser l’arrosage, c’est bien, mais anticiper le besoin d’arrosage, c’est mieux !

Domoticz permet de collecter des informations pour aider à la décision, voire  de décider.

La connexion à un service de météo très complet et gratuit m’a permis de collecter plusieurs informations :

– historiser la quantité de pluie dans le passé

– récupérer la probabilité de pluie dans la zone géographique de mon potager.

– Mesurer l’humidité actuelle de la terre

Je n’exploite pas encore ces valeurs dans mes scripts d’arrosage, mais ça va venir…

Pour ajouter la météo de Weather Underground dans Domoticz, j’ai suivi ce tuto, La difficulté est de trouver la bonne station météo, suffisamment fiable et proche de chez soi. Pour ma part, j’ai sélectionné la station de l’aérodrome du Mans.

Pour mettre en place des scripts de probabilité de pluie, j’ai utilisé ce tuto, et j’ai remplacé les valeurs de serveur en localhost, puisque dans mon cas, le serveur domoticz et le serveur qui exécute les scripts dont le même.

Enfin, j’ai utilisé une sonde de ce type pour mesurer l’humidité du sol. Mais je reviendrai sur ce sujet avec l’article sur les périphériques RFXCOM

 

Potager – gestion du réseau

Certains diront que l’on s’éloigne quelque peu du sujet principal, et ils n’ont pas forcement tort…

Cet article traite de la configuration du réseau pour accéder à Domoticz « en local », via un VPN.

Mais pourquoi donc tant de complexité ?

Devant les difficultés de rendre accessible de l’extérieur Domoticz via freewifi ou via une box 3G bas de gamme, je me suis lancé dans la création d’un accès VPN.

La freebox permet d’activer un serveur VPN et de créer des comptes de clients.

Capture écran qui montre trois clients connectés : un téléphone portable, un ordinateur portable et le raspberry Pi

Sur Windows, config classique avec le client OpenVPN pour Windows et la configuration livrée par la freebox.

Sur Android, j’ai eu des difficultés à configurer un client VPN compatible TAP, j’ai donc acheté une application

Sur Raspberry Pi, il a fallu aussi batailler un peu. J’ai utilisé cet article et cet article.

Il me reste un problème : l’adresse IP « locale » est attribuée par la freebox sur la base de l’adresse MAC, mais le client OpenVPN régénère une adresse MAC régulièrement, ce qui rend l’usage un peu pénible.

J’ai donc installé le client « noip » pour récupérer l’IP locale à distance, mais ce mécanisme ne fonctionne de façon automatique que sur Windows, pas sur Android. Sur mon téléphone, je dois :

– me loguer sur noip.com, récuperer l’ip locale

– activer le client VPN

– ouvrir un navigateur internet et copier l’ip locale.

Je vais améliorer le système, en attendant, pour les besoins sur place, j’ai mis une télécommande « 433MHz », mais ça c’est une autre histoire.


Schéma du plan réseau global