Potager – Culture verticale : 150 fraisiers sur 1,5 m²

Dans mon potager, j’ai construit une petite serre contre un mur.

Dans un but d’optimisation de l’espace, j’ai reflechi à une solution de culture verticale.

Autre intérêt : les fraises ne se font pas manger par les limaces.

J’ai hésité entre deux systemes :

  • un système de goutières
fraisiers dans une gouttiere
  • un systeme de tuyaux
Résultat de recherche d'images pour "tour à fraise"

Ce n’est pas de la culture hydroponique dans le sens où les tuyaux sont remplis de terre.

Pour la fabrication des tuyaux, j’ai eu besoin :

  • de tuyaux de PVC 125mm de diamètre
  • une scie cloche de 60mm de diamètre
  • un décapeur thermique
  • un tournevis

Le process est le suivant :

Je trace sur trois faces tous les 20cm, en quinconce.

Je perce 3/4 du cercle à la scie cloche, je garde la partie basse attachée au tuyaux

Je chauffe la liaison pour la ramolire, puis j’ouvre le pétale et place une cale pour le maintenir ouvert le temps qu’il durcisse.

J’utilise une bombe de peinture blanche pour rendre la surface reflechissante.

L’installation sur site est assez facile :

Pose du tuyau vertical, enterré de 5 cm, puis fixé avec une vis traversante contre un chevron posé en horizontal à 1,5m du sol

Remplissage du tuyau avec de la terre

J’ai inséré un tuyau goutte à goutte en forme d’hélice à l’intérieur du tuyau, relié à l’arrosage.

Après une année d’utilisation, j’ai ajouté des pulverisateurs, dans une ancienne tringle à rideau. Les pulverisateurs ainsi installés restent droits et sont donc plus efficaces.

Nous avons eu cette année encore plusieurs kilos de fraises sur les 150 pieds, et ce, sur 1,5m² au sol.

Réalisation d’un garde-corps en inox

Au dessus de la salle à manger, nous disposons d’une terrasse étanchée. Lors du changement de la fenêtre de la salle de bain qui donne sur cette terrasse, j’ai transformé la fenêtre en porte fenêtre pour en faciliter l’accès.

La terrasse maintenant accessible a besoin d’être sécurisée, c’est l’objet de cet article : la réalisation et la fixation d’un garde-corps inox de 10 mètres linéaire.

J’ai publiée une vidéo explicative du montage. Dans cet article, vous trouverez plus de détails et de photos.

Je suis parti d’un modèle de garde-corps que je vois au boulot sur notre site parisien. Assez peu de soudures, beaucoup de perçages.

Il est composé le plat inox de 50mm x 8mm x 1 200mm percés par 7 trous de diamètre 10mm pour permettre le passage de barres pleine à section circulaire de diamètre 10mm.

Petit champ frein de 11mm

Ces plats sont soudés à deux équerres de hauteur 150mm x 50mm et d’épaisseur 8mm. Le tout constitue des montants assez rigides.

Ensuite, j’ai décapé et brossé les barres à la ponceuse à bande

Les équerres comportent deux trous de diamètre 11mm.

Test d’assemblage

J’ai fixé ces montants tous les mètres environ grâce à des chevilles chimiques nouvelle génération. Le mélange des deux composants se fait à l’aide de la vis.

Tests des chevilles

Avant montage

Une fois ce premier tronçon validé, je passe à la suite : 5 montants et 4,20m de longueur.

Suite à une erreur de montage, je tente un rallongement d’un montant avec des chutes, sans trop y croire…

Et contre toute attente, le résultat est tout à fait correct !

J’ai commencé par les deux montants extrêmes, à l’aide du niveau laser, véritable compagnon dans ces moments !

Je fixe une première cheville, j’attends 1h, puis je fixe le montant, je verifie que je suis bien à la bonne hauteur, et si c’est bon, je perce les trois autres trous.

Ensuite, j’enfile les tiges de 10mm. J’ai du ré-aléser les trous pour créer un petit jeu…

Ensuite, je fixe la main courante en la soudant, comme sur mon modèle.

J’ai pu alors ajouter les goodies : les éléments de jonction qui rigidifient le tout :

La fixation au mur
La jonction entre les deux tubes

Le tout assemblé à l’aide d’un petit point de soudure.

Toutes les soudures ont été décapées à l’acide puis passivées pour retrouver les propriétés inoxydables de l’inox !

Reste le dernier tronçon de 4,20m !

Installation d’un radiateur sèche serviettes, mixte et asymétrique dans une petite salle de bain

Un radiateur sèche serviette est un vrai plus dans une salle de bain :

  • il chauffe la pièce (c’est un peu sa fonction première)
  • il permet d’étendre les serviettes ET de les faire sécher.

Il peut être alimenté par deux énergies :

  • par l’électricité
  • par l’eau chaude du chauffage central

L’intérêt de l’électricité est de pouvoir programmer finement les périodes de chauffe, en effet, avec le chauffage central, la chauffe est lié au thermostat d’ambiance qui est habituellement placé dans une pièce de vie.

L’idée du radiateur « mixte » est de prendre les avantages des deux solutions.

Vidéo du montage complet du radiateur

Dimensionner son radiateur

Sur internet, on trouve assez facilement des tableaux permettant de dimensionner la puissance du radiateur en fonction de la surface de la pièce.

Surface de la salle de bains3 m²4 m²5 m²6 m²8 m²10 m²
Puissance du sèche-serviette en W390 W520 W650 W780 W1040 W1300 W

Dans mon cas, la pièce fait 4 m², donc 520W est suffisant. Par contre, les radiateurs sèche serviette de 520W sont petits et ne permettent pas d’étendre plusieurs serviettes.

J’ai donc opté pour un radiateur de 750W.

Préparation du radiateur

La radiateur est constitué de deux tuyaux verticaux. Le fabriquant a condamné le premier pour la partie électrique et installé un démultiplicateur pour permettre de passer l’eau chaude et l’eau froide par le même trou.

Dans la vidéo, vous verrez comment j’ai inversé les deux sources de chauffage pour mieux correspondre à mon besoin.

Partie plomberie

Nous partions d’un tout petit radiateur placé derrière la porte. Pas pratique du tout.

Après avoir coupé les tuyaux, je les ai chauffés pour les nettoyer.

Le secret des soudures réussies, c’est la propretés des supports

J’ai ensuite préparé le raccord à la cave, c’est plus pratique pour la soudure.

Je soude au bi-gaz, plus cher, mais tellement plus efficace !
Tuyaux préparés, posé sur un IPN permettant de protéger la planche de la chaleur
En pleine action !

Fixation du radiateur

Pour le positionnement à la verticale du radiateur, j’ai utilisé le niveau laser dont je parle dans l’article des outils qui facilitent la vie.

trous, chevilles, fixation des supports

Le montage est terminé, sans fuite !

Je reviendrai sur cet article pour décrire la partie électrique.