Réalisation d’un bureau double

En ces périodes de gréves, nous sommes satisfaits de profiter d’un bureau double permettant de télé-travailler en couple !

J’ai pris en modèle les « benchs », terme utilisé pour les bureaux doubles professionnels, que l’on utilise chez lucca.

La structure est constituée de deux tubes de trois mètres à section carrée, coudées deux fois.

Les plateaux n’ont pas été fabriqués, juste recoupés.

Découpe des pieds en prenant soin de garder une arrête permettant une pliure propre.

Pied juste plié

Précision de la coupe !

Angle de 102°

Après soudure (j’ai encore des progrès à faire, mais une fois meulé, on ne voit rien !)

Le pied soudé, meulé puis peint à la bombe

pour rigidifier l’ensemble, j’ai fabriqué deux barres qui vont se fixer sur les montants, en mode invisible.

j’ai réutilisé une chute de tringle à rideau pour préparer des entretoises.

Perçage des trous pour permettre un vissage sans que les têtes de vis se voient.

Découpe des planches pour éviter que le bureau soit trop large.

Voici le kit prêt à monter

Le bureau une fois monté :

Zoom sur l’entretoise

zoom sur la goulotte permettant de passer les câbles. On voit aussi les deux barres permettant de rigidifier l’ensemble

J’ai calculé l’espace entre les deux planches pour pouvoir y glisser une rallonge

Budget : 100€ (50€ de métal et 50€ de planche)

Temps : 2j

Réalisation d’un petit bureau acier & chêne

Par le passé, j’ai réalisé un bureau tout en chêne pour mon aîné.

Cette fois ci, je vais faire un bureau pour Anaëlle en acier pour la structure et en chêne pour le plateau.

Reprenons au départ.

Un plateau de chêne brut

Comme à chaque fois, on part d’une planche d’arbre achetée directement dans une scierie locale.

Je commence par préparer des planches de 10 à 15 cm, en supprimant l’aubier et en cassant les contraintes du coeur.

Ensuite, dégauchissage (opération qui consiste à rendre droit une face) et rabotage (opération qui consiste à rendre droit une face parallèle à la première).

Je suis parti d’une planche de 27 mm d’épaisseur pour arriver à une épaisseur finale de 21mm.

Pour lier les planches entre elles, plusieurs solutions. J’ai opté pour la plus simple (après le collage chant contre chant…) : une rainure sur chaque face, puis une languette de bois pour augmenter la surface de collage et forcer l’alignement.

Voici les différentes sciures générées par les machines lors de ces opérations :

  • au milieu, la sciure fine du sciage
  • à gauche, la sciure générée par la défonceuse lors des rainures
  • et à droite, rabotage et dégauchissage

On encolle et on serre fort !

On scie les chants à la bonne dimension, puis ponçage et vernissage

Pour la partie structure, je suis parti d’une barre d’acier de 6m de longueur, section carrée 2cm x 2cm (Merci à Arnaud, mon revendeur habituel !)

Sciage à 45°, soudure à l’arc puis meulage.

Pour la rigidité, j’ajoute un cadre à l’arrière du bureau, que je vais recouvrir d’une planche de chêne.

Pour qu’il soit démontable, j’ai pris le temps de tarauder les montants verticaux.

Mise en peinture à la bombe.

Montage en famille

Résultat final

Potager – Culture verticale : 150 fraisiers sur 1,5 m²

Dans mon potager, j’ai construit une petite serre contre un mur.

Dans un but d’optimisation de l’espace, j’ai reflechi à une solution de culture verticale.

Autre intérêt : les fraises ne se font pas manger par les limaces.

J’ai hésité entre deux systemes :

  • un système de goutières
fraisiers dans une gouttiere
  • un systeme de tuyaux
Résultat de recherche d'images pour "tour à fraise"

Ce n’est pas de la culture hydroponique dans le sens où les tuyaux sont remplis de terre.

Pour la fabrication des tuyaux, j’ai eu besoin :

  • de tuyaux de PVC 125mm de diamètre
  • une scie cloche de 60mm de diamètre
  • un décapeur thermique
  • un tournevis

Le process est le suivant :

Je trace sur trois faces tous les 20cm, en quinconce.

Je perce 3/4 du cercle à la scie cloche, je garde la partie basse attachée au tuyaux

Je chauffe la liaison pour la ramolire, puis j’ouvre le pétale et place une cale pour le maintenir ouvert le temps qu’il durcisse.

J’utilise une bombe de peinture blanche pour rendre la surface reflechissante.

L’installation sur site est assez facile :

Pose du tuyau vertical, enterré de 5 cm, puis fixé avec une vis traversante contre un chevron posé en horizontal à 1,5m du sol

Remplissage du tuyau avec de la terre

J’ai inséré un tuyau goutte à goutte en forme d’hélice à l’intérieur du tuyau, relié à l’arrosage.

Après une année d’utilisation, j’ai ajouté des pulverisateurs, dans une ancienne tringle à rideau. Les pulverisateurs ainsi installés restent droits et sont donc plus efficaces.

Nous avons eu cette année encore plusieurs kilos de fraises sur les 150 pieds, et ce, sur 1,5m² au sol.