Projet Véranda – construction du projet

Pourquoi une véranda ?

Certains répondent par « une pièce de plus », d’autres par « une extension de la cuisine », d’autres encore par « une optimisation de l’utilisation de la terrasse ». Pour nous, ce sera les trois ! Par contre, la nouvelle pièce ne doit pas en tuer une autre, « conserver la luminosité » sera donc un des fils conducteur du projet.

Le but ici n’est pas de refaire la théorie des vérandas, il existe pas mal de guides que je citerai à la fin de cet article. Je vais plutôt expliquer mes choix.

La situation : 

J’habite une maison de ville, type mancelle dont la terrasse est orientée Est-Nord/Est, donc peu de soleil. J’ai de plus un mur mitoyen au Sud qui monte à 7m, ce qui n’aide pas à récupérer le soleil. Des quatre formes classiques de véranda (véranda en appui extérieur ou en épivéranda en appui intérieur et véranda encastrée), la mienne s’apparente à la véranda encastrée (coincée entre 3 murs).

Choix de la forme du toit : 

J’ai rencontré plusieurs vérandalistes, et seul un m’a fait un inventaire à la Prévert des formes de toit possibles. A l’origine, je partais sur une forme simple et « évidente » de toit, une pente simple qui fuit vers l’extérieur.

La longueur étant de 4m60, on ne pouvait pas avoir un toit d’un seul tenant. Ce qui imposait un montant intermédiaire assez conséquent à l’intérieur et surtout la présence d’une coupure à l’extérieur : source de fuite au niveau du joint au bout de 15ans…

Une solution alternative est de mettre en place deux toits avec une sorte de marche, permettant à l’eau de la première partie de s’écouler sur la deuxième partie. (cf capture).

Une autre forme donne satisfaction au niveau des longueurs de verre, c’est la toiture double pan : 

C’est la forme que j’ai choisie.

Voici une vue d’ensemble : 

Les dessins ont été réalisés avec Google sketchup, un outil gratuit. Ce logiciel comporte une fonctionnalité intéressante, c’est la simulation de l’ensoleillement. Une fois la construction bien orientée, il est très simple de tester le soleil selon le mois de l’année et l’heure de la journée via l’ombre qu’il produit sur la construction.

A gauche, le soleil du matin, en mars,

A droite, le soleil de midi, en juin.

Choix de l’ouverture : 

Tous les vérandalistes m’ont proposé un « tri-rail », comprenez trois baies coulissantes sur trois rails indépendants. Ce système permet d’ouvrir un peu moins de deux tiers de l’ouverture, à droite ou à gauche.

Nous avons préféré une ouverture à quatre vantaux, sur deux rails. Certes, au maximum, nous n’avons que 50% d’ouverture, mais plus de souplesse sur le lieu de l’ouverture : au milieu ou sur un des cotés.

D’autres solutions existent, permettant une ouverture à 95%, mais ce sont des systèmes à charnières, dangereuse pour les enfants et qui demandent un dégagement à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison.

Choix des matériaux : 

Tous les guides en parlent, il existe quatre matériaux pour faire la structure de la véranda : le PVC, l’Aluminium, le bois et l’acier. Nous avons fait le choix de l’aluminium. C’est le plus employé par les vérandalistes rencontrés, et c’est à mon sens le meilleur rapport qualité-prix-résistance-finesse-isolation.

En ce qui concerne le verre de la baie, j’ai choisi un verre double vitrage ultra-performant (coefficient de conduction thermique = 1 à comparer avec le verre simple vitrage qui a un coef 7) et feuilleté en face extérieur. Ce vitrage comporte un film de faible émissivité permettant d’atteindre ce coefficient. C’est un 44.2-16-4, c’est à dire deux verres de 4mm avec un film entre les deux, un vide d’argon de 16mm et un troisième verre de 4mm.

En toiture, on a plus de choix. Un article de Véranda Magazine résume bien la situation avec un tableau de comparaison sur les critères « isolation phonique », « isolation thermique », « luminosité », « transparence » et « esprit véranda ». Le dernier critère est intéressant pour son coté non scientifique : une véranda avec un toit plein n’est plus dans l’esprit ! De plus, nous voulions de la lumière, nous avons donc choisi un vitrage en toiture. Il est feuilleté en sous face pour une question de sécurité, et est de coefficient thermique 1. C’est un 44.2-17-6, c’est à dire deux verres de 4mm avec un film entre les deux, un vide d’argon de 17mm et un troisième verre de 6mm. Ce verre fait 35Kg au m².

Calcul du poids d’un vitragepoids = surface en m² x épaisseur x 2,5

Choix des entrepreneurs : 

Après une douloureuse expérience sur un changement de fenêtre, j’étais bien décidé à ne pas me faire avoir et à maîtriser le sujet. J’ai très vite vu chez les grandes marques nationales l’absence de connaissances techniques des commerciaux. Je me permets d’en citer un qui m’a affirmer que « le verre de biais pesait plus lourd que le verre à plat » (!). J’ai pris du plaisir à discuter avec deux entrepreneurs locaux qui travaillait tous les deux les mêmes matériaux, entre autre, les profilés aluminium Kawneer. J’ai choisi Véranda du Maine, du réseau Vérancial (Kawneer) entre autre pour son envie de travailler avec moi (!!).

Bibliographie : 

1000 idées Vérandas et extensions

-

Vérandas et verrières

Vérandas et verrières

Lumière naturelle

-
Plusieurs numéros de Véranda magazine (http://www.veranda-magazine.com/)
Véranda magazine Octobre / Décembre 2010

11 commentaires

  1. Très interressant !
    Tu es en avance sur ton temps, tu as écrit l’article le 9/12/10 alors que nous sommes que le 8/12/10….

  2. @Benoit : corrigé. En fait j’ai commencé l’article en septembre… J’ai mis à jour la date et je me suis emmêlé les pinceaux !

    @Daniel Martin : on a deux chéneaux parallèles le long des murs qui se vident dans deux gouttières. Ces deux gouttières se rejoignent le long du mur mitoyen pour retrouver les égouts. J’ai veillé à ne pas mélanger les eaux usées avec les eaux pluviales sous la dalle. Et pour l’instant, elles se remélangent dans la cave. Je vais expliquer tout ça dans l’article « Évacuation des eaux ».   

  3. ça démarre sur les chapeaux de roue. On se croirait presque dans un polar. Le héros, Bruno « Brico » C. va-t-il trouver la bonne structure ? les bons matériaux ? va-t-il choisir un entrepreneur capable ? Le toit fuira-t-il dans 15 ans ? La prochaine réunion mensuelle Lucca aura-t-elle lieu sous la véranda ?

  4. Voilà un sujet fort intéressant, nous envisageons aussi une véranda, un jour. Je relirais ce post riche en infos à cette occasion.

    J’ajouterais à l’énumération des avantages d’une véranda celui écologique, selon l’orientation elle sert d’accumulateur de chaleur, d’ailleurs si elle est plein sud, il faut bien la penser pour qu’elle ne devienne pas un four en été) et puis dans tous les cas simplement coupe-froid sur la façade donc économie d’énergie.

  5. bonjour, je me demandais quel tarif pour cette realisation? car c’est exactement la meme que nous voulons faire.. à quelques cm pres ..
    Merci d’avance de votre reponse

  6. Bonjour,

    Nous habitons également le Mans et envisageons également de réaliser une véranda encastrée.
    Quel est le budget de votre véranda ? (le lien de votre précédent message ne semble pas fonctionner). Merci d’avance.

Répondre à Bruno Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *