Chariot de marche pour le premier anniversaire de la dernière

Nous (puisque c’est un travail d’équipe) avons pris le temps de réaliser le jouet du premier anniversaire de notre louloute : un chariot de marche.

Temps : 6 soirées

Coût : 10€ pour le caoutchouc des roues et la barre d’acier, le reste, c’est de la récupération (cuisine pour les vis, lit commode pour le medium et un peu de hêtre d’un plot familial…)

Taille : Largeur : 36cm ; Hauteur : 45cm, longueur : 40cm

Pour les roues, j’ai fait un billet spécifique la semaine dernière

Les deux montants latéraux sont constitués de deux planches en hêtre assemblées à l’aide d’une languette de bois.

Le bas de caisse est fait de 3 planches de médium coupées à 67,5° pour un assemblage sans jour

La poignée est vissée sur deux montants en hêtre, et la barre cylindrique est un assemblage de deux planches qui a été tourné au tour à bois.

Enfin, la couverture est cousue main par Madame, c’est du vichy vert clair.

Après avoir raboté les planches, j’ai fait une rainure à la défonceuse pour pouvoir les assembler. La rainure s’arrête avant le bord pour que la languette ne soit pas apparente.

Une bonne nuit sous la presse :

Ce système d’assemblage reste simple et efficace. Il permet d’éviter le travail de ponçage après assemblage grâce à sa particularité : les deux pièces sont usinées de la même façon, donc peu de risque de décalage (par rapport aux autres techniques de bouvetage)

Une fois collées, j’ai procédé à la découpe de la forme à l’aide de ma fidèle scie à ruban Delta :

Place au médium de 15mm, je l’ai coupé à 67,5° pour un assemblage parfait…

J’ai pour ca utilisé la scie circulaire sur table Delta, et pour l’angle, une feuille de papier. (90° + 45°)/2 = 67,5°

Les deux trous des essieux ont été percés en superposant les deux planches :

J’ai pensé un temps utiliser des tourillons pour ne pas faire usage de vis, mais la forme des planches n’aide pas à avoir des points de référence. La taille des roues permet de cacher des vis, j’ai donc opté pour la simplicité.

Les roues sont uniquement enfoncées à force sur l’axe. J’ai placé une rondelle de 1mm pour éviter que les roues ne touchent les montants. L’axe du trou des roues est nickel, il a été fait à la perceuse à colonne AVANT le tournage de la roue et c’est sur la base de ce trou que la roue a été tournée : aucun risque de décentrage.

Pour les deux montants supports de la barre de poussée, j’ai découpé une forme dans une chute, j’ai découpé les deux extrémités circulaires à la scie à chantourner et les longueurs à la scie à ruban.

Je cherchais à acheter un lapidaire, en fait j’en avais déjà un ! une ponceuse à bande premier prix serrée dans l’étau.

J’ai décidé de tourner la barre de poussée au tour à bois pour avoir un résultat en hêtre. j’ai donc assemblé deux chutes l’une contre l’autre pendant une nuit.

puis installé le tout sur le tour à bois

Ouverture de la mallette de torture

Pour la finition, j’ai utilisé de la cire d’abeille, elle pourra donc croquer dedans…

L’assemblage de la poignée avec le socle se fait par deux vis apparentes et deux écrous papillons pour le réglage.

Voilà le résultat.

8 commentaires

  1. Bonjour Bruno
    Je cherche à construire un angin de ce type à une demoiselle qui commence à se dresser sur ses pattes arrières :). Je me demandais comment réaliser des roues parfaitement rondes sans tour à bois : la scie cloche donne des résultats approximatifs, ma défonceuse ne permet pas un diamètre inférieur à 12 mm ? Et je m’interroge également sur la manière de faire des gorges pour le caoutchouc, autrement qu’avec un tour à bois ; et fixer les roues à l’essieu : vis ?
    Merci et au plaisir.
    Jim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *