Véranda : modification de la dalle existante par le maçon

Pour intégrer un plancher chauffant, il faut retravailler la terrasse existante. Poser une véranda sur une terrasse non isolée (sans même être chauffée par le sol) est une grave erreur : l’humidité et le froid seraient conduits par la dalle.

Nous avons donc isolé la dalle… 

Il faut aussi voir l’arrivée de cette nouvelle pièce dans son ensemble, sur la terrasse était présent un soupirail permettant principalement deux choses : 

  1. Aérer la cave : en effet, la chaudière est à la cave, il lui faut une entrée d’air, et une bonne cave est une cave qui respire.
  2. Permettre au chat une certaine indépendance : avec le soupirail, notre chat vie sa vie sans perturber la nôtre. J’en connais qui se lèvent la nuit pour leur ouvrir, ça se termine toujours par un bon coup de pied…

Pour permettre l’aération de la cave sans apporter d’humidité dans la véranda, elle doit se faire directement à l’extérieur. Elle doit donc passer sous la dalle sur une longueur de 6m. Plusieurs solutions : 3 tuyaux de 150 ou bien un gros tuyau de 300. Le chat a préféré le tuyau unique…

C’est un tuyau cannelé pour l’eau pluviale, nous l’avons posé en diagonale pour que la sortie soit près du mur. L’arrivée se fait dans un regard de 50cm de coté. Le tuyau est posé à l’horizontal.

Autres tuyaux, les évacuations l’eaux pluviales et d’eaux usées.

Les eaux usées d’abord, elles partent de la cuisine via deux tuyaux de 40 que le maçon a réunis dans un tuyau de 50.

Les eaux pluviales se composent de 3 provenances : le toit principal, la partie gauche et la partie droite de la véranda. 

Les deux tuyaux ne se réunissent que dans la cave. J’ai insisté pour ne pas mélanger les deux eaux sous la dalle pour : 

  1. éviter d’avoir un Y inaccessible
  2. pouvoir dans le futur prolonger la séparation jusqu’à la rue et permettre à la ville de le pas traiter l’eau pluviale comme elle traite l’eau usée ! (cf RT2012 pour les constructions neuves)

Donc décaissage :

 

Passage de toutes les gaines et tuyaux

Les gaines électriques : autant profiter de la dalle pour dissimuler l’ensemble des gaines électriques : prises de courant, poussoir pour télé-rupteur et lampes. J’en ai aussi profité pour ajouter un éclairage extérieur supplémentaire. 


Coulage de la fondation en parallèle de la pose des gaines électriques à l’aide de mon père

Enfin, des gaines en réservation, pour passer d’autres choses dans le futur : eau, électricité, gaz pour pompe à chaleur… J’avais en stock un énorme tuyau (au moins 200 de diamètre). Le maçon me l’a échangé contre 3 tuyaux de 80, plus facilement intégrables…

Une fois les tuyaux posés, le maçon a mise en place du sable, un polyane, puis une dalle de béton fibré de 12cm d’épaisseur, à 13cm du sol fini, pour réserver 7cm d’isolant, 5 de chape anhydrite et 1 de carrelage. Cette dalle a été coulée sur une fondation eu bout de la terrasse. Il faut comprendre que la véranda ne repose que sur cette fondation (et sur les murs de la maison).

Le coulage :

Une fois sèche, un muret a été posé en nez de dalle, pour permettre à la véranda d’être installée avant le plancher chauffant. C’est le maçon qui a pris en charge ce muret, mais d’après moi, c’est le vérandaliste qui devrait le faire pour mieux gérer les ponts thermiques. J’y reviendrai dans un des derniers articles. 

On aperçoit aussi le ponçage du mur droit pour permettre un bon « encastrement » du pilier.

Intervention du maçon : 4,5 jours.

2 commentaires

  1. bonjour je suit ton blog depuis un moment mais sans laisser de commentaire
    mais la j’imagine que ça ne devais pas être facile de passer dans la rue
    les voisins doivent t’aimer, je plaisante
    déjà l’épisode de la dalle de la cave en tout cas chapeau
    sinon je sais qu’il est toujours tabou de parler d’argent
    mais juste pour avoir une idée?
    bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *